Rendre accessible à tous les professionnels l’expertise métier traditionnellement réservée aux plus grandes entreprises, c’est le pari de Focus.

Le pitch de Focus est simple : offrir à des millions de professionnels l’expertise dont ils ont besoin afin de prendre la bonne décision business. La baseline dit tout « Business expertise for everyone »

Des constats assez simples

Le constat duquel est né Focus est que bien souvent les données business, ou informations marché dignes de ce nom, sont inaccessibles pour beaucoup d’entreprises dont la taille des budgets ne permettent pas l’achat des études ou l’intervention coûteuse d’un consultant d’un grand cabinet de conseil.

Autre constat : la puissance de l’outil internet permet des mises en relation rapides, de diffuser et partager du contenu avec des millions de personnes de manière quasi instantanée. Autant d’opportunités pour des millions de décideurs et indépendants de profiter intelligemment du partage d’expériences business.

Une communauté B2B

Le site se présente comme un portail communautaire, dans lequel des professionnels de différents secteurs s’inscrivent pour partager des conseils, poser des questions à d’autres experts, participer à des fils de discussion sur des thématiques très précises. Le découpage des « secteurs » est défini selon l’axe des départements d’une entreprises, ce qui est assez malin je dois avouer. L’axe ainsi défini permet à chaque professionnel de s’identifier rapidement et de visualiser tout aussi rapidement à quel endroit du site il va pouvoir trouver ou proposer les conseils pertinents.

Un portail communautaire B2B ? Cela ressemblerait presque à un réseau professionnel comme Linkedin. Mais la différence est de taille : ici l’objectif premier n’est pas de faire de la veille pour trouver un job ou identifier de futurs collaborateurs. On y vient pour partager des informations et données dans le but d’aider d’autres à prendre la bonne décision tactique ou stratégique. Des case studies, des bonnes pratiques, des informations sur un prestataire, du partage d’expériences vécues, des études de marché, des chiffres, des white papers etc.

Chacun peut donc poser ses questions et solliciter les points de vue de la communauté de son secteur, ou à l’inverse répondre aux questions que se posent les autres.

Intelligence collective, réseautage et personal branding

A ce jour plus de 1.000 professionnels (je crois) se sont déjà inscrits pour partager et échanger sur leurs métiers, leurs marchés, leur pratiques et leurs points de vue. Certes c’est assez modeste pour le moment, mais le réseau gagne à être connu. Les échanges et conversations sont très nombreux, de grande qualité, très focusés sur le business de manière très pragmatique. On y apprend donc des choses, on en découvre d’autres. L’intelligence collective permet d’assurer une bonne qualité d’échanges : les uns et les autres peuvent évaluer/modérer chaque intervention des autres, la relation n’étant pas monétisée au départ, personne n’a vraiment d’intérêt à raconter d’énormes bullshits dans le but de gagner en visibilité. La mise en avant personnelle n’est pas non plus ce qui est recherché et toute personne qui tendrait à le faire serait sanctionnée par la communauté.

En revanche, de manière indirecte, dès lors que l’on respecte les règles du jeu, cela peut devenir extrêmement payant. La qualité des informations, avis et conseils que je donne et partage avec les autres me permettent de me valoriser. Et de l’autre côté cela me permet de shortlister les différents professionnels que je juge vraiment pertinents et intéressants, et agrandir ainsi mon réseau business (pourquoi pas en les suivant en dehors de cette plateforme).

Business models et opportunités ?

Via le partage d’info, de conseils, d’études et au travers des différents événements online qui sont proposés, c’est l’intelligence collective et le networking business (réseautage professionnel pour le respect de la francisation ;)) qui sont mis au premier plan. Cependant la question est évidemment : mais quel est le business model derrière tout ça? Qui gagne de l’argent, quand et comment? Au premier abord il n’est pas évident de comprendre ce qui est monétisé ou pas. Tous les échanges sont réalisés sans transaction financière, mêmes les webinars sont proposés gratuitement. J’ai testé moi même et que ce soit pour poser une question ou proposer une réponse, il ne m’a jamais été demandé ni proposé d’argent.

Tout d’abord le réseau Focus a l’air relativement jeune (pas de donnée précise sur la date de création à part un vague « copyright 2010 » dans le footer), les acteurs présentés dans la rubrique « investors » ont l’air tous d’être des business angels. Investisseurs de premier tour de table. Donc probablement encore sur la rampe de lancement avec une trésorerie négative pour le moment (?)

Ensuite Focus organise de nombreux événements online auxquels il convie des experts assez connus. Si l’accès/visionnage est gratuit, la participation des experts est très certainement facturée sous forme de sponsoring.

D’autre part il semblerait que Focus facture une certaine forme de mise en relation ultra qualifiée entre des entreprises souhaitant acheter des prestations spécifiques et des experts inscrits sur la plateforme vendant ces prestations. Cela pourrait même aller jusqu’à la commande d’une étude ad-hoc faisant appel aux experts de la plateforme.

Enfin, l’audience du site semblerait tourner aux alentours de 12 millions de visites (uniques? don’t know) mensuelles, à en croire ce que dit l’équipe de Focus. Une audience 100% business oriented, d’experts, décideurs et managers venant ici pour trouver ou proposer du contenu de qualité sur leur business ou leur marché…. Cette audience doit être valorisée d’une manière ou d’uneautre. Pas de bannière de pub envahissante sur le site, mais peut être que la publicité existe mais de manière plus discrète (présence sur des newsletters thématiques? cabinet de recrutement? co-création de contenu? etc.)

Bien vu

Finalement l’idée de Focus est assez simple mais tellement puissante. Les opportunités de développement sont immenses dès lors que l’intelligence collective est mise au coeur de la stratégie et que la technologie sert les interactions et les mises en relation. C’est un projet win-win pour les petites structures en plein développement qui peuvent outsourcer en grande partie le sourcing de données ou de prestataires/partenaires pendant un temps et pour les moyennes entreprises qui peuvent valoriser leurs expertises et trouver de futurs clients. Sur les plates-bandes des grand cabinets d’études ? Il semblerait oui. Le positionnement de Focus semble cibler les petites structures et PME pour leur proposer du contenu qu’elles n’ont pas les moyens de se payer via Forrester par exemple. La plateforme de partage de  données business est-elle un axe de développement pour les actuels grands cabinets alors? C’est une belle idée intégrée dans une véritable optique 100% business : tout pour me plaire. Une piste de développement pour Girlz In Web ? 😉

Crédit image : legals cribbles