Beaucoup d’entre nous se posent la question de la conversion print au profit du online. Gisèle nous explique ses motivations et nous livre sa vision du marketing online.

Qui es-tu ?

Bonjour, Je suis Gisèle Tchayem, j’ai 28 ans.

J’ai intégré Skyrock il y a 3 ans en tant que chef de publicité online, je suis aujourd’hui directrice de clientèle online et radio. Je travaille sur le secteur entertainment et plus précisément sur le ciné/dvd.

Depuis peu je commercialise également l’espace publicitaire du secteur DVD sur la radio.

Concernant mon parcours, étant titulaire d’un master en publicité, média, marketing j’ai le plus souvent orienté mes expériences vers le secteur des médias, quand j’ai eu l’occasion de faire mes stages.

J’ai eu la chance de toucher à la presse (agence Planète Communication pour le magazine THE SOURCE France) ou encore la TV (Canal +, M6).

Ayant un caractère très commercial, j’ai affiné mon orientation au fur et à mesure de mes expériences vers le métier de chef de publicité.

Qu’est-ce qui t’a incitée à te lancer comme chef de pub online ?

Tout d’abord parce qu’Internet est un média avec lequel je suis très à l’aise et dont je suis, par nature, grande consommatrice.

Ensuite c’était très attirant de bosser sur ce « nouveau média » qui a pris une grosse ampleur dans la communication des marques et la consommation de la population.

A la fin de mon CDD chez M6 lorsque je cherchais du travail, j’ai donc tenté ma chance chez Skyrock (web) qui m’a fait confiance même si je venais d’un univers TV.

Est-ce que tu avais des connaissances techniques ? Si la réponse est non as-tu cherché à t’auto-former ou as-tu été aidée ?


J’avais quelques notions web de part ma formation, après j’en ai acquis aussi lorsque je vendais des dispositifs TV chez M6  car ils étaient couplés à un petit département web qu’une équipe spécialisée montait. Donc je connaissais un peu les termes techniques.
Ensuite j’ai approfondi et développé mes connaissances chez Skyrock.

Peux tu nous décrire une journée type ?

En fait, je vais plutôt te décrire le déroulement de mes activités car sur une journée ça ne serait pas trop représentatif (cela peut se passer sur 3/4 jours).
Cela commence donc par un rendez-vous chez le client, en ce qui me concerne c’est donc un rendez-vous avec un distributeur ciné ou DVD (Fox, Europacorp, Warner, Sony pictures etc…) pour leur présenter les actus du sites, les dernières audiences, les nouveaux formats sur la plateforme et pour qu’ils me parlent de leur line-up (calendrier de leur sortie ciné ou DVD).

Suite à cela, s’il y a un film/DVD en adéquation avec notre cible 12/25 ans nous leur proposons un dispositif.

Avant d’élaborer ma proposition, j’assiste à la projection presse du film pour savoir comment l’orienter (cible, mécanique…) et pour valider un éventuel partenariat.

Ensuite lorsqu’une proposition est validée, je briefe notre studio qui va développer les créas, le blog officiel et tous les éléments de la campagne.

Quels aspects de ton travail te plaisent particulièrement ? et lesquels te plaisent le moins ?

Les aspects qui me plaisent le moins c’est de me battre contre les préjugés qu’ont certains acteurs du marché sur Skyrock que ce soit pour le web ou la radio. Certains annonceurs qui ont des produits pour les moins de 25 ans hésitent encore à communiquer sur nos supports.

Mais ce côté mercenaire fait aussi parti de mon boulot, mettre fin aux a priori négatifs et mettre en avant le fait que Skyrock web et Skyrock radio sont des supports très puissants et incontournables pour communiquer chez les jeunes.

Ensuite les cotés qui me plaisent et pour lesquel je me considère comme très chanceuse, c’est de voir la majeure partie des films en avant-première, d’assister aux événements relatifs à mon secteur (congrès de Deauville, festival de Cannes, conférences de presse…), d’organiser et rencontrer des blogueurs fans de cinéma, monter des mécaniques événementielles sur mesure. Enfin ce que j’estime être également une chance c’est de passer mon temps sur internet et être au courant des dernières tendances sur ce média.

Qu’est ce qui a profondément changé pour les professionnels du marketing online ces dernières années ?

Je ne sais pas si j’ai assez de longévité dans ce média pour avoir une vision large de son évolution, mais j’ai pu noter l’impact de l’avènement du web 2.0 qui a bouleversé la relation client. Les professionnel du marketing qui avaient l’habitude de contrôler tous les aspects de la communication de leurs produits doivent désormais faire face à un média aux aspects parfois incontrôlables. Le consommateur est désormais  producteur de contenus, il peut exprimer ses opinions à travers des forums, des vidéos , dans des commentaires de blogs et qui peuvent être partagés et vus en quelques minutes à travers le monde.

Les notions de buzz et de viralité sont donc montées en puissance et sont devenues autant fascinantes qu’effrayantes car incontrôlables.

Elles font rêver quand des opérations (bien montées, originales) sont vues des millions de fois (ex la tippexperience http://www.youtube.com/watch?v=4ba1BqJ4S2M). Cette campagne a généré des retours immenses comparés à son investissement (10millions de visionnage, 30% de viralité, des requêtes Tipp-ex sur Google multipliées par 20)

C’est un peu ce dont tous les professionnels du marketing rêvent aujourd’hui. Mais le côté viral peut être très dangereux quand des cotés négatifs se répandent (ex vidéos de mécontentement sur youtube qui peuvent être vues des millions de fois)

Du coup l’internaute est de plus en plus remis au cœur des dispositifs, il est choyé, les marques favorisent le dialogues et échangent avec eux (et le community management est devenu à la mode). Nous ne sommes plus dans des diffusions de messages unilatérales (du professionnel vers le client) mais bilatérales.

Est-ce un métier sous pression ? Quelle évolutions professionnelles sont possibles ?

Oui j’ai pas mal de pression car j’ai des objectifs de chiffre d’affaire, mais ma plus grosse pression vient des clients. Je dois toujours répondre au plus vite aux clients tout en montant des dispositifs sur mesure à chaque fois.

C’est un un site assez important donc je dois traiter rapidement beaucoup de briefs et demandes de partenariats entrants.

Les évolutions possibles peuvent être verticales (directeur de clientèle puis responsable de pôle, puis directeur de pub, puis directeur commercial).

Il peut et il y a aussi très souvent des évolutions horizontales. Par exemple le fait de rejoindre un de mes clients en étant chef de projet digital pour la Fox, Warner, Pathé, Disney etc. et m’occuper de la communication digitale de leur film.

Selon toi comment une marque doit-elle communiquer maintenant sur le web et plus spécialement avec la population cible de Skyrock ?

Je pense que si l’on veut communiquer sur Skyrock, c’est qu’on a pour objectif de toucher les jeunes.

Et ce qui a fait la force et le succès de ce site c’est les blogs et toute la partie, échange, discussion etc…

Il faut donc sortir du discours trop commercial et marketing, unilatéral (dont le message ne va que dans le sens de l’annonceur vers le blogueur).

Quand nous créons des blogs officiels pour des films nous essayons pour le commencer de trouver un point  d’entrée qui suscitera l’intérêt  des blogueurs et qui ouvrira à la discussion car les internautes aiment pouvoir donner leur avis, se sentir impliqués. Cela les valorise.

Je pense qu’un annonceur doit interpeller sa cible via ses loisirs/passions (sport, la musique, le cinéma,la mode équipement high tech). Elle doit aussi adapter son discours publicitaire  (au niveau des accroches des formats pub ou du langage dans les articles du blog officiel, sans non plus tomber dans les clichés…).

De manière générale, sur le web pour communiquer sur une cible moins de 25 ans, je pense que les campagnes doivent être soit participatives, ludiques, décalées, choquantes ou il faut qu’elles fassent vivre une expérience à l’utilisateur.

Après pour une cible plus âgée, je pense que c’est différent.

En tant que professionnelle et en tant que femme, trouve tu que les médias sont alignés avec tes besoins en tant que consommatrice issue de la diversité ?

Pour situer mon mode de consommation en général je m’intéresse à la mode, aux infos people, au cinéma, aux nouvelles technologies et évolutions liées à internet, aux réseaux sociaux, aux infos média de manière générale, à la musique, produits cosmétiques ethniques (pour la partie consommatrice issue de la diversité)

Et fait je vais répondre en fonction des principaux médias car il y a des disparités

Presse : La presse répond plus ou moins à mes besoins en tant que consommatrice.

Pour tous ce qui est infos mode, ciné, people, technologies internet, musique oui il y a ce qu’il faut.

En tant que consommatrice issue de la diversité, il y a très très peu de choix.

Mais à la base je ne suis pas fan de la presse car je ne suis pas fan des supports physiques.

(C’est comme pour la musique, j’achète rarement des CCD physiques, plutôt du digital).

TV : La TV (en tout cas les chaines hertziennes) répond très peu à mes attentes.

Radio : non pas du tout.

Internet : oui à 100% je suis une grande fan d’Iinternet, puisque je peux trouver des sites Internet sur n’importe quel sujet, il n’y a pas de frontières. Et si jamais je ne trouve pas mon compte sur un site francophone, je peux le trouver sur un site étranger.

Un conseil pour nos lectrices ?

Si vous recherchez des stages ou du travail n’hésitez pas à envoyer des candidatures spontanées, quand il y a du mouvement en entreprise (ce qui est très fréquent) elles sont bien contente d’avoir un CV sous la main. Personnalisez vos candidatures en fonction de chaque entreprise en faisant ressortir la moindre expérience qui pourrait être en affinité avec le poste auquel vous postulez.

Ne pensez surtout pas qu’un poste ou une boîte est inaccessible !

Soyez déterminées!