3e jour du voyage organisé par la Fondation France-Israël à la découverte de l’innovation technologique israélienne: rencontre avec Saul Singer. Co-auteur du livre « Start-up Nation », il nous explique pourquoi Israël est le pays à la plus forte densité de start-up au monde.

photo de Saul Sing à Jérusalem

Je vous résume quelques idées de cet ouvrage, publié en 2009 et écrit avec Dan Senor, qui est un best-seller dans le monde entier :
Israël est en soit une start-up. Et oui, ce pays n’a que 63 ans et son histoire continue de s’écrire dans l’adversité, ce qui crée une énergie positive et pousse à entrepreneuriat
– L’armée, où les jeunes vont entre 2 et 3 ans (femmes/hommes) a un impact culturel fort. Parce que ça les rend matures, du fait des responsabilités qui leurs sont confiées. Et parce que ça leur apprend ce que c’est que d’aller au bout d’une mission : de là nait leur détermination. En hébreu, c’est ce qu’on appelle « Houtspa », terme bien souvent employé dans le business.
La prise de risque est quotidienne, notamment car la plupart de la population a immigré et qu’elle a tout à construire. En découle également une tolérance complète à l’échec, qui est vu comme un apprentissage, et un moyen de s’endurcir aussi.

Aujourd’hui, 80% des investissements en Israël viennent des USA. Car eux ont compris (notamment Google, Yahoo, IBM, etc.) qu’en tant que grands groupes, il y a une forte synergie avec des petites sociétés innovantes. Tout simplement parce que les start-up créent et trouvent des idées disruptives plus facilement alors qu’eux savent comment travailler en économie d’échelle, faire du marketing et se développer à l’international.  Les Européens et Asiatiques ne sont pas encore de la partie sur le marché israélien…

Comme à chaque rencontre, je pose ma question de la place des femmes dans cet écosystème, et notamment des entrepreneuses en Israël. Selon Saul Singer, les choses changent : l’association de High-Tech israélienne a une femme à sa tête (ce qui n’est en fait plus le cas) et de gros efforts sont faits au niveau de l’éducation, comme on a pu voir chez Google qui encouragent les femmes à suivre des cursus d’ingénieurs. Pourtant, les femmes se dirigent davantage vers les bio-technologies et leur présence est encore trop rare dans l’High-Tech.

couverture du livre start-up nation

N’ayant pas encore lu son livre, ces premiers éléments suscitent ma curiosité. Si c’est également votre cas, n’hésitez pas à le commander en anglais ou patientez jusqu’en septembre pour son lancement en France que je ne manquerai pas de couvrir.

Du beau monde à la conférence « Facing Tomorrow »

Alors que nous étions partis pour assister à quelques ateliers dans la matinée, le lounge de la conférence et son café nous ont happés. Cela tombe bien, puisque j’ai pu y croiser quelques personnes de grande qualité et ainsi faire connaissance (et du networking pour Girlz In Web bien sur) dont :
Miriam Schwab, « friendly » CEO d’Illuminea, agence Web, SEO, social media, développement WordPress, etc.
Josh Avnery de WiseStamp, signature personnalisée et dynamique
Avi Schechter de fring, solution d’appels vidéo et en groupe notamment sur smartphones
Jacky Abitbol d’Orange Capital Investment, nouveau fonds d’investissements dédié à l’IT qui nous a été annoncé en quasi-exclusivité à cette occasion
Roseline Kalifa, directrice de l’innovation pour France Telecom en Israël, une femme au dynamisme communicatif et enthousiasmant
Edouard Cukierman, CEO de Catalyst Fund

Entrevue inédite avec Mitchell Baker, la CEO de Mozilla

Rien que pour nous, les onze blogueurs et cinq journalistes invités à ce voyage, l’une des créatrices et CEO de Mozilla (Firefox) nous accorde un moment pour échanger. Mitchell Baker, personnage original et haut en couleur, raconte la genèse de cette organisation à but non-lucratif, qui emploie aujourd’hui plus de 200 personnes. Projet lancé en 1998, Mozilla crée Firefox en 2002, le navigateur gratuit qui a aujourd’hui plus de 20% des parts de marché.
Cette femme, classée parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde par le Time Magazine en 2005, a une vision du Web inspirante : ouverture, possibilités infinies, aller où on veut d’où on veut, très exigeante envers Google dont elle attend beaucoup, aller vite et bien, offrir du service… pour les gens, qui ne soit pas juste un produit. D’ailleurs, la prochaine version de Firefox sortira dans 3 mois.

CEO de Mozilla Foundation
J’aurais pu l’écouter des heures durant, mais notre programme et surtout son emploi du temps chargé en décide autrement ; je tenterai d’obtenir pour Girlz In Web, une interview à distance selon ses disponibilités. Mitchell Baker a une vision du Web telle que j’en ai rarement rencontrée jusque présent et j’aimerais la partager avec vous !

Pour nous, la conférence Facing Tomorrow finit sur cette belle rencontre, et nous prenons la route pour Tel-Aviv où nous attend un diner avec blogueurs et entrepreneurs israéliens : hâte d’y être ! Retrouvez demain sur GirlzInWeb le récit de cette soirée.

PS : avant de quitter Jérusalem, un dernier temps fort nous attend, la visite de Yad Vashem, le mémorial de la Shoah. Ce lieu est hautement historique et symbolique. C’est pourquoi je préfère vous en raconter l’histoire distinctement du thème business/IT abordé précédemment.