Lucile_Reynard

# Bonjour Lucile. Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Prénom + Nom : Lucile Reynard
Age : 33 ans et quelques
Etudes : Bac L, option cinéma et audiovisuel. Quelques hésitations d’orientation m’ont amenée à étudier le cinéma puis la sociologie, pour revenir à l’audiovisuel en 2000 avec un diplôme professionnel (DU Création Audiovisuelle). Puis, devant les difficultés d’emploi rencontrées dans le domaine et dans la région, mais aussi après une autoformation en HTML, Flash et Photoshop, j’ai repris des études en InfoCom’ à l’Université des lettres de Montpellier en 2003 sous la direction du Professeur Alex Mucchielli. J’ai terminé ce cursus par un diplôme de Master 2 mixte Université / école d’ingénieur à l’Ecole des Mines d’Alès. Son nom Auteur-Rédacteur Multimédia. Il existe toujours mais l’école est désormais partenaire avec la Sorbonne.
Entreprise + Poste actuel : J’ai créé il y a quelques mois (en février pour être exacte) mon activité indépendante de conseil en communication online sous le nom de Trust the Geek. Il s’agit d’aider mes clients à définir et à déployer une stratégie de communication online qui corresponde à leurs objectifs et de les mettre en relation avec leur communauté, mais aussi avec de bons prestataires, etc.

# Pourquoi as-tu suivi ces études ? Dans quel but ?

Comme expliqué brièvement ci-dessus, je suis passionnée d’images et des technologies de la communication depuis mon adolescence et j’ai beaucoup d’affinité avec les métiers créatifs et ceux des médias, mais il n’est malheureusement pas évident d’y trouver des débouchés.
Je me suis intéressée de près à Internet au cours de ma formation audiovisuel en 2000 et je me suis tout de suite intéressée à sa valeur de média potentiel (à 56k à l’époque) pour diffuser des œuvres notamment, mais également à sa valeur d’outil de création notamment via les logiciels Flash et Director. J’ai produit à cette époque quelques œuvres de « Netart » interactives. Je me suis plongée avec délices, à mes heures perdues dans les méandres des logiciels et les balbutiements de la programmation Web, à une époque où tout commençait, tout bouillonnait de partout !
Parallèlement à cela je me suis toujours intéressée à l’humain, à la communication et aux problématiques sociales. Je me suis investie pendant mes années étudiantes dans l’associatif mais j’ai aussi travaillé comme éducatrice « artistique » dans un collège difficile pendant ce cursus en communication.
Pour lier ces deux passions tout en gagnant ma vie, il m’est apparu à un moment évident que les études de communication et l’obtention d’un diplôme prestigieux d’une école d’ingénieur améliorant et sanctionnant mes compétences en multimédia (comme on disait à l’époque) allaient m’ouvrir des portes !

# Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton métier ? Qu’est-ce que tu aimes le plus ?

Je fais un métier complexe dans lequel la compréhension des enjeux et objectifs de mes clients est une des clés, tandis que la connaissance des communautés et du marché online en est une autre. On se doit d’être constamment en éveil, à l’écoute, aussi bien du client que de l’environnement de marché, les usages des internautes et de faire des allers-retours entre les deux, afin de proposer une stratégie efficace à long terme pour servir les objectifs de communication du client.
Ce que j’aime le plus dans mon métier c’est d’utiliser principalement ma curiosité et mon imagination pour proposer des dispositifs originaux et efficaces. J’ai l’impression de faire un métier où la créativité est essentielle tout autant que le pragmatisme et le sens de l’analyse… Et surtout je ne connais pas la routine, bien que l’expérience de 10 ans de Web me soit utile au quotidien, c’est comme si je devais réinventer la roue chaque jour !

# Comment envisages-tu ton évolution professionnelle ? Un exemple ?

A l’avenir, j’aimerais continuer à travailler pour des clients dont les objectifs sont principalement de diffuser et de motiver les internautes à renforcer leurs valeurs humaines et leur solidarité : le social, l’humanitaire et le culturel sont des domaines que j’affectionne particulièrement.
Par ailleurs, je souhaiterai créer une autre société dédiée à aider les gens à atteindre divers objectifs personnels ou professionnels …tout ça via le web et les mobiles. C’est un projet en cours avec quelques unes des Girlz In web : à suivre donc !

# De quels conseils aurais-tu voulu bénéficier pour ton évolution professionnelle (mais que tu n’as pas eus) et que tu souhaites maintenant nous faire partager ?

J’ai bénéficié de beaucoup de conseils et de modèles au cours de ma vie, que ce soit parmi mes profs ou certains collègues donc on peut dire que de ce côté j’ai eu de la chance ! Cela dit, après mon Bac, bien que bonne élève jusque-là, je me suis sentie totalement abandonnée et perdue en termes d’orientation … Ne venant pas des milieux « qui savent », je ne connaissais pas l’existence de formations publiques de haut-niveau comme Sciences Po, ni la pertinence de les suivre. Cela dit, j’ai envie de dire aux jeunes qui croient qu’ils n’arriveront à rien car il n’ont pas les moyens de passer par les écoles privées, qu’il existe de très bonnes formations publiques si l’on se donne la peine de les chercher, et pas seulement à Paris … Mais aussi que la formation n’est pas tout, mais la motivation l’essentiel, pour ne pas dire la passion : croyez-en vous et en vos rêves !
Par ailleurs, je crois que les différents obstacles ou difficultés que l’on peut rencontrer dans la vie sont aussi des chances car ils peuvent nous amener à croire d’autant plus en nous-mêmes qu’on les dépasse…Mais il faut en effet être bien entouré, ne pas hésiter à demander conseil et à rencontrer les gens que vous admirez professionnellement et qui pourront vous donner des coups de pouces ou en tous cas vous aider à mieux vous connaître. Aujourd’hui tout cela est facilité par les réseaux sociaux, et le web en général : des gens de tous les milieux socio-professionnels sont en effet accessibles via un message sur Linked In ou Facebook …
Enfin, il faut savoir être stratégique (mais pas opportuniste pour autant) et adapter ses rêves au monde qui nous entoure : mieux on se projette dans un environnement donné et plus il est facile de suivre les étapes d’un projet, d’atteindre ses objectifs et d’anticiper son avenir … Cela paraît logique, mais c’est rarement évident à penser quand on a 20 ans !

# Pourquoi fais-tu partie de GIW ?

Si vous avez lu tout ce que j’ai écrit jusque là, cela peut vous paraître évident : j’ai créé GIW avec Célina parce que je suis passionnée du web et des nouvelles technos, mais aussi pour créer un réseau de solidarité avec les autres femmes qui commencent ou qui s’investissent dans ces métiers encore souvent à dominante masculine … J’avais envie de les rassembler afin de nous rendre plus visibles et de donner des exemples à des plus jeunes qui commencent dans la vie professionnelle. Le Web est un des secteurs les plus dynamiques et porteurs d’emploi qui soit. Dans cette décennie de crise financière internationale, les valeurs technologiques tiennent bien et progressent régulièrement ; il serait donc dommage que les femmes n’en profitent pas elles aussi !
Par ailleurs, je travaille dans le conseil en communication Web … Spécialisée en réseaux et médias sociaux, il m’a donc paru logique de m’appliquer à moi-même et à mes paires ces vertus tant recommandées à mes divers clients à travers la création de ce réseau.

# Quel est ton rôle au sein de l’asso ?

Je suis donc présidente et co-fondatrice de l’association … Je suis un genre de chef quoi … Mais j’essaie de ne pas être directive, de ne pas imposer mes idées mais de favoriser au maximum un management et une organisation « participatifs». En cette qualité, je suis aussi son porte parole dans les médias et j’ai également œuvré pour définir notre positionnement, nos orientations et notre vision stratégique à long terme, avec Célina Barahona et Sabine Coulon, pendant la première année du réseau. J’essaie d’avoir une vision d’ensemble de nos actions, de leurs répercutions et des événements et partenaires avec lesquels nous pouvons nous associer. Je motive les troupes, les conseille, et m’investie en particulier dans la communication et le « branding » de GIW.
Par ailleurs, j’utilise mon réseau professionnel pour faire connaître l’association, générer de nouvelles interactions, etc.

# Que retires-tu de ton implication dans l’asso ?

Je suis très heureuse et satisfaite de voir que beaucoup de femmes se reconnaissent dans GIW et participent joyeusement à nos événements, workshops, …, et que de nombreuses rencontres pros ont eu lieu grâce au réseau : certaines ont trouvé des postes, d’autres se sont réorientées avec le soutien du groupe, et d’autres encore ont eu des vocations ! Mais aussi je suis très impressionnée par la dizaine de membres (très) actives et toujours pleines d’enthousiasme et très professionnelles dans son organisation. Tout ça me fait dire que Girlz In Web correspond bien à un besoin que je suis contente d’avoir fait émerger avec mes comparses … J’en entends l’écho un peu partout et de plus en plus : que ce soit au Women’s Forum la semaine dernière, à la Cantine ce matin, tout le monde s’entend pour dire que le Web c’est un port de salut professionnel pour les femmes modernes et qu’il faut le faire savoir !
J’ai bien entendu rencontré de nombreuses personnes de grande valeur avec qui j’ai noué des amitiés, et, comme dit plus haut, commencé à faire des projets professionnels … Je loue un bureau avec une autre Girl In Web, j’ai nommé Sabine, Secrétaire Générale … Et puis je dois dire que toutes ces nanas extras ne sont pas pour rien dans mon grand saut dans l’entreprenariat en janvier 2011 : elles m’ont donné confiance dans mes projets et mes idées et j’espère bien leur rendre la pareil !

# Liens utiles vers :
CV : http://www.doyoubuzz.com/lucile-reynard
twitter : http://twitter.com/lucile_reynard
http://www.linkedin.com/in/lucilereynard