Retour sur le workshop du mois d’avril qui s’est tenu le 11 avril dans les locaux de Dojocréa – espace de coworking et pépinière, où nous accueillait notre Présidente Lucile Reynard.  Au menu de cette session : comment vendre son projet?

Et pour animer ce thème clé, notre punchy et brillante Vice-Présidente Animation Réseau, Marine Aubin qui, en plus de conseiller de grands comptes sur l’innovation, aiguille au quotidien des start-ups sur leur stratégie et les aide à pitcher leur projet auprès de différents publics.

Comment vendre son projet … Un sujet finalement très vaste qui concerne aussi bien les entrepreneuses soucieuses de convaincre un investisseur potentiel que toute Girlz In Web souhaitant défendre ses projets, idées et autres dossiers stratégiques avec conviction, clarté et force de persuasion. Alors, pour chauffer la foule et aider les langues à se délier, notre coach pour la soirée Marine, commence par demander aux Girlz réunies de décrire / pitcher leur projet en 140 caractères, à la façon d’un tweet.

Ou comment capter l’attention de votre auditoire en 5 secondes ! Pour cela, n’hésitez pas à vous servir de votre baseline, censée résumer ce que vous faites/proposez. Bien entendu, vous disposez le plus souvent d’un peu plus de temps pour convaincre qu’un simple trajet en ascenseur. Pour construire un argumentaire efficace,  commencez donc par définir précisément le cœur de votre projet. Il vous faut impliquer les gens qui vous écoutent en leur racontant une histoire …

Besoin de plus de tips ? Suivez le guide !

Construisez votre histoire

C’est ici que le plus dur commence car l’idée est de faire simple et, à n’en pas douter, cet exercice de style n’est pas des plus aisés.

Pour commencer sans stress, écrivez un scénario mémorable : jetez sur le papier tout ce qui vous passe par la tête concernant votre entreprise/produit/service ; vous ferez le tri après. Comment vous est venu votre concept, de quoi s’agit-il, quelle est votre cible?

Il vous faut ensuite rendre votre projet unique.  Pour cela :

Définissez un titre percutant : il s’agira le plus souvent de votre baseline qui, après tout, est bien là pour ça ! N’oubliez pas : une baseline efficace n’a besoin de rien d’autre qu’un sujet / verbe / complément qui feront comprendre en une phrase et une seule de quoi il retourne.

Parlez avec passion. C’est toujours mieux pour galvaniser les foules et convaincre !

Délivrez 3 messages clés et pas plus car au-delà, le cerveau humain sature et assimile moins bien ce qui lui est adressé. Ces 3 messages clés doivent être répétés tout au long de votre discours – voire martelés (mais de façon subtile, n’est-ce pas) – pour être in fine mieux retenus. Au moment de les définir, réfléchissez à vos forces, ce sera un très bon moyen de les mettre en avant.

Illustrez vos propos afin qu’ils soient lisibles et agréables à écouter. N’ayez pas peur des analogies, métaphores et autres vidéos qui vous aideront à garder l’attention de votre auditoire.

Devenez mémorable ! Pour cela, rien de mieux que de jouer sur les 3 types de mémoire à l’œuvre chez l’être humain pour favoriser la mémorisation de votre discours. Tout simplement.

Pour rappel, on parle de mémoire sensorielle, à court terme et à long terme. Jouez sur le visuel pendant votre présentation, intégrez des graphiques, des démos produit, prenez en mains votre site. Et si vous créez une émotion au sein de votre public, alors banco ! Vos messages clés n’en seront que mieux retenus.

Partagez l’affiche. Et oui, vous n’êtes certainement pas toute seule à travailler sur votre projet. Mettez en valeur les gens qui travaillent à vos côtés. C’est tout bête mais montrer pourquoi ils vous suivent, pourquoi ils vous font confiance incitera plus facilement à s’engager à vos côtés puisque d’autres l’auront déjà fait.

Dans le même esprit, partagez des témoignages, que ce soit en les affichant dans votre présentation, en les lisant, en montrant des interviews etc. Le but ici est de rassurer et de convaincre. Car faire parler l’expérience utilisateur est toujours un plus efficace. Et si votre produit/service n’est pas encore en fonction, ce n’est pas un souci : il vous suffit de montrer comment votre produit pourra être utilisé.

N’hésitez pas à mettre vos interlocuteurs en situation, à les prendre à partie; ce sera toujours plus parlant et engageant.

Préparez-vous correctement à LA question piège qui vous tombera dessus inéluctablement : quel est mon intérêt ?

Et oui, vous ne croyiez tout de même pas échapper à cette question clé ?!! Alors ayez les réponses en poche ! Comment allez-vous vous démarquer? Adressez-vous directement à votre interlocuteur : « votre problème … ma solution ». Ne soyez pas timide, scénarisez votre réponse, bref, faites du storytelling.

Et surtout, n’oubliez pas la passion. C’est par elle que les gens adhèrent.

Racontez votre histoire

Le saviez-vous ? Le cerveau humain déconnecte au bout de 10 minutes… Ça ne fait pas beaucoup me direz-vous. Aussi, recaptez régulièrement l’attention en jouant sur une mémoire différente, alternez les types de média (la vidéo +++), organisez un coup de théâtre, …

Faites parler les chiffres. Ils doivent être :

– précis : quand il a présenté pour la 1ère fois l’iPod, Steve Jobs n’a pas dit « on peut y stocker un paquet de chansons » mais plutôt « on peut en mettre 1000 ».
– pertinents, c’est-à-dire adaptés au public et au produit. Contextualisés : s’adressent-ils à des investisseurs, des clients ?

Utilisez des mots qui parlent et laissez votre jargon aux vestiaires car vos propos doivent être vulgarisés et accessibles. N’ayez pas peur de répéter devant votre grande tante car vous verrez tout de suite si vos propos sont clairs … ou pas ! Vous devez en effet vous mettre dans la tête d’une personne qui ne connaît pas votre produit, ni même votre secteur d’activité. Abandonnez aussi les abréviations et anglicismes.

Jouez sur la charge émotionnelle ! Si le public n’oublie pas ce qu’il a vu/entendu, c’est en grande partie gagné. Vous pouvez terminer votre présentation par un coup de théâtre  (une fonctionnalité étonnante par exemple), une info insolite, un témoignage rare. Bref, mettez votre public en situation de façon à ce qu’il y ait identification au produit. Il faut qu’il y ait LE truc dont on se souviendra.

N’oubliez pas de vous adapter.  Votre discours ne peut pas être le même partout … Qui est le public en face de vous et quel(s) message(s) souhaitez-vous lui adresser cette fois-ci? Vous cherchez à vendre, à faire tester votre produit ou à trouver un investisseur? Quel est le timing dont vous disposez? La solution peut être de préparer une présentation globale à tiroirs, ce qui vous permettra de retirer des slides selon votre public du moment. Quoiqu’il en soit, gardez en tête (et dans votre présentation) vos 3 messages clés.

Jouez votre histoire
Avant la grande 1ère, répétez votre présentation pour qu’elle soit fluide le moment venu. Testez-vous puis intégrez les remarques constructives (ne vous laissez pas abattre, elles ne le sont pas toutes). Prévoyez les imprévus… Et, si vous en avez le courage, filmez-vous ! Vous n’en cernerez que mieux vos défauts et autres tics de langage.

Une présence
Sur scène, dans l’espace, vous devez exister. Alors osez et bousculez les barrières. En 3 mots, soyez vous-même. Travaillez votre voix, ton, gestuelle et rythme. Sachez adapter votre discours aux réactions. Etablissez un contact visuel et ne soyez pas timide. De toute façon, c’est pour vous que vous vous battez ! N’ayez pas peur des silences. Ils sont aussi là pour laisser réfléchir après un chiffre, une info, une actualité. Vous devez jouer votre présentation. Si votre voix et votre gestuelle sont adaptées à ce que vous dites, c’est toujours mieux et surtout, plus convaincant.

Enfin, pour finir, un dernier conseil pour la route : amusez-vous ! En plus, c’est communicatif et ça donne envie de vous écouter car justement, en vous amusant, vous transmettez votre passion et vos convictions.

Alors n’attendez pas.

Et pour la route, un peu de lecture puisque Marine nous recommande vivement la lecture de sa bible : Les secrets de présentation de Steve Jobs, par Carmine Gallo.

En conclusion, un grand merci à Marine Aubin pour ce workshop passionnant. Sans oublier Dojocréa et Lucile Reynard que nous remercions pour leur accueil.

Rendez-vous le mercredi 9 mai pour une nouvelle session des #WorkshopsGIW. Laure Némée, la CTO de Leetchi, nous y parlera de Direction Technique Web. Les inscriptions seront ouvertes début mai. D’ici là, suivez-nous !