Mathilde Le rouzic - girlzinweb

Mathilde Le Rouzic est fondatrice de Quaelead, un éditeur de moteurs de recherche de shopping en ligne.
Elle nous explique son parcours mais surtout comment développer une société web hors de Paris et même y réaliser une levée de fonds.

Bonjour Mathilde, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bonjour, je suis une jeune maman doublée d’une chef d’entreprise. Je travaille dans le secteur numérique depuis 14 ans, avec une expérience chez Apple qui un passage au sein d’une SSII. Depuis 9 ans maintenant, je suis plus particulièrement dans les métiers du e-commerce.
Je dirige actuellement Quaelead, une start-up que j’ai fondée fin 2009 juste après avoir revendu ma précédente société, Bagatelles.

Peux-tu nous raconter un peu ton parcours de cheffe d’entreprise web ainsi que ce qui te motive ?

Pour ma première boite, cela s’est fait un peu par hasard, avec une idée qui me trottait dans la tête et un heureux concours de circonstances qui a fait que j’ai pu financer le démarrage de Bagatelles. Depuis, j’ai connu les hauts et la bas de la vie d’entrepreneur et ce qui me motive au quotidien, c’est la passion.
Bon, j’avoue que je suis une workaholic, capable de tout pour trouver un réseau wifi disponible et pour pouvoir regarder ce qui se passe sur le web ;-).
La motivation au quotidien vient du goût de mon métier, celui du challenge et surtout de nouvelles idées presque tous les jours.

Aujourd’hui, quels sont tes enjeux stratégiques de développement à moyen terme pour la réussite de Quaelead?

En ce moment, nous sommes dans la phase de développement avec un modèle qui est viable et éprouvé, nous le répliquons donc sur différents univers : après avoir ouvert 3 moteurs de recherche verticaux (UnCadeau.com ; Jeveuxdesbijoux.com ; PourBebe.com) nous allons lancer Pourlamaison.com qui est dédié à l’univers déco et design.
Nous prévoyons d’en ouvrir encore six autres, pour balayer les principaux univers produits et ainsi être présents grâce à un important réseau de sites.

Tu habites et travailles à Toulon : comment est-ce possible de concilier réussite web et « province » ?

J’ai effectivement fait le choix de quitter Paris il y a quatre ans pour trouver une certaine qualité de vie. J’avoue que prendre mon café du matin, fenêtre ouverte sur la mer, est une chance. Cela me permet de mieux absorber le stress de mon métier et des horaires assez improbables.
Je pense qu’il est tout à fait possible de développer une activité web depuis n’importe quel point du monde tant qu’on prend soin de son réseau relationnel et qu’on reste à l’affût des opportunités. La plupart des partenariats que je monte se font au téléphone ou sur Skype. C’est vrai que rencontrer les gens IRL est un plus mais je le fais lors de mes séjours parisiens.

Tu as réalisé, l’an passé, un tour de table à Toulon : comment cela s’est-il passé ?

J’ai effectivement effectué un tour de table de 450 k€ auprès de deux clubs de business angels (Var Business Angels et Provence Angels) ainsi que de PACA investissement (le fonds d’investissement de la Région).
La proximité géographique m’a permis d’échanger plus facilement avec les investisseurs tout au long du process de levée de fonds. Cette proximité est aussi un plus dans la vie de la société car nos réunions de pilotage sont faciles à coordonner, sans que j’ai besoin de faire un aller-retour à Paris.

Autre point important : les réseaux de BA sont très structurés ici et un business angel « parrain » a pris le lead sur le dossier pour s’assurer que la due diligence soit faite correctement et coordonner les investissements de tout le monde. Ils travaillent ainsi très efficacement ensemble, avec de bonnes synergies entre réseaux de BA et fonds de la région. Cette organisation m’a permis de boucler le tour de table en moins de trois mois !

Une dernière question en ce début d’année : Que peut-on te souhaiter pour 2013 en cette période de vœux ?

De l’enthousiasme toute l’année !

Un grand merci à Mathilde pour ce partage d’expérience et de vie.