Un RSE fait-il diminuer le pouvoir des managers ?

J’entends souvent des personnes parler des conséquences d’un RSE (Réseau Social d’Entreprise) sur le pouvoir des managers. Ils sont dans la crainte d’un changement radical dans le rapport manager/salarié. Certes, ces nouveaux outils visent à faire évoluer nos modes de travail au quotidien mais je ne pense pas qu’ils changeront radicalement les rapports hiérarchiques établis dans les entreprises françaises. Un RSE aidera même le manager dans son quotidien s’il est bien utilisé.


Le bon manager

Un bon manager selon moi est un salarié :
– Qui au départ reçoit chaque membre de son équipe pour le connaître et savoir quelle est sa mission.
– Qui rédige pour chacun une fiche de poste détaillée avec les objectifs de l’année.
– Qui actualise cette même fiche chaque année
– Qui communique ces fiches de poste à tous les employés et responsables
– Qui organise un point équipe par semaine pour traiter des sujets importants, urgents et faire des annonces
– Qui prend des décisions lors de ces réunions
– Qui nomme un membre de l’équipe pour rédiger le compte-rendu de chaque réunion où chaque décision prise est inscrite en gras…

Le RSE : un outil managérial… de plus

Penser qu’un réseau social d’entreprise va remplacer ces différentes actions est selon moi une erreur. Il faut continuer de différencier dans l’entreprise l’outillage, des fondamentaux du management.

Les réseaux sociaux favorisent la collaboration efficace, la traçabilité des actions et l’émancipation des idées. Mais chaque entreprise doit définir une frontière claire entre les actions à mener virtuellement et les actions offline.
> Prenons l’exemple des entretiens annuels. Ils sont souvent soumis à un certain format pour être valables. De la même manière, certains autres process devront rester imperméables aux usages déployés dans le réseau social d’entreprise.

> Ensuite, un RSE va permettre à chaque collaborateur de tracer ses actions au quotidien afin d’en informer le reste de l’équipe, de communiquer ses idées simplement, de donner son avis et de partager son expertise sur un sujet. Que demander de plus pour qu’un manager exerce ce que j’appellerais « son pouvoir de surveillance» ?!
S’il est un minimum attentif à l’activité sur le réseau, il pourra aisément repérer quelles sont les personnes les plus actives, voire celles qui ont des difficultés.

Un outil qui fluidifie le travail du manager

La rengaine du manager dans la plupart des entreprises françaises c’est “qu’il n’a pas de temps” ! Pas le temps de réunir ses équipes, pas le temps de faire du feedback, pas le temps d’écouter, etc.
Un RSE est un moyen de gérer son activité plus efficacement en espaçant des réunions par exemple, tout en maintenant le niveau d’information de ses salariés. Entre deux réunions d’équipe, un manager va pouvoir aisément diffuser des informations à toute son équipe et laisser place à l’échange.

Bien évidemment, ces résultats sont possibles uniquement si un climat de confiance s’est instauré entre le manager et ses salariés. Le manager doit encourager son équipe à passer du temps sur l’outil, s’exprimer librement sur les sujets, bref favoriser le partage à double sens.
Un réseau social vient bien renforcer le rôle du manager et lui donner plus de moyens et de portées pour ses actions.


Si vous avez d’autres arguments pour convaincre les managers qu’ils ne perdront pas leur pouvoir, n’hésitez pas à les partager !

Ne ratez plus nos événements !

Pour ne rien rater de l'actualité GIW, inscrivez-vous à notre newsletter. Promis nous ne vous inonderons pas d'envois, seulement l'essentiel.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 réponses

  1. Un manager qui montre l’exemple en ayant une bonne utilisation d’un réseau social, fut-il d’entreprise, ne prend aucun risque… Il montre juste les avantages d’une souplesse relative.
    Si les réunions, la stratégie manageriale et les vraies décisions sont là, il n’a de toute façon rien à craindre pour son autorité. Et ses équipes, elles, ont le bénéfice de la proximité, se sentent plus écoutées et probablement plus guidées.
    Être impliqué, ça ne peut donner envie qu’aux autres de s’impliquer à son tour ! Autant essayer, il n’y a rien à perdre.

  2. Tout à fait d’accord avec toi Lousia.
    Et les managers sont la première population à former ou sensibiliser lors du déploiement de l’outil.

  3. En pratique, l’utilisation du RSE ne doit pas non plus être calibré pour confirmer un mode de fonctionnement organique dans l’entreprise où l’on retrouve le manager comme l’unique chef d’orchestre. Le RSE permet aussi à certains managers de se découvrir plus ‘expert’ que manager et certains salariés plus ‘manager’ dans l’âme. En observant les cas d’utilisation, on découvre vite les malaises ou les problèmes de communications au sein des équipes, le RSE permet, hors du schéma habituel des relations manager-salarié, de débloquer ces tensions en groupe et non dans le secret. le Bon Manager sera donc celui qui saura utiliser le RSE pour s’améliorer lui même ou pour comprendre qu’il ne peut l’être pour toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *