Evénements, Portraits

Un monde qui bouge, forcément, on est Mobile !

Le récit haut en couleurs de mes premiers pas dans LeWeb’11

Pour vous représenter dignement chères GirlzInWeb, j’avais :

-          Bien rechargé mon iPhone 3GS (erreur de modèle), une double-batterie d’iPhone de chez Philips (idéale : ça m’a sauvé mon LT !), mon iPad Wifi seul (erreur, car sans 3G on peut être perdue), une caméra  Sony très bien mais gourmande en batterie (erreur) et un Blackberry en back-up pour téléphoner (erreur)

-          Mis des p’tites ballerines plates pour être capable d’aller vite, de monter-descendre, de courir derrière les speakers… (erreur quand à 14h en partant il pleuvait des cordes ; mes orteils s’en souviennent)

-          Analysé le programme de la 1ère demi-journée, pour en couvrir l’essentiel (finalement, avec la venue de Monsieur Karl Lagerfeld en personne, ça m’a occupé un bon bout de la matinée pour le plaisir des yeux et des oreilles.)

-          Pris plein de badges et de cartes de visite GIW (1/2 erreur, car à l’époque du mobile et des réseaux sociaux, on ne s’échange quasi plus de cartes : on indique son Twitter name… et dans le rush, tellement pressée que j’étais, j’ai oublié de donner les badges, sauf à quelques amies d’Orange qui les ont joyeusement arborés :-) )

Ah, on va penser que je me plains… non non, je m’en garderai bien ! Au contraire, malgré mes erreurs de débutantes -et oui, j’avoue, en 5 ans d’expérience dans ce secteur, c’est la 1ère fois que j’avais la chance d’assister à Le Web- j’ai appris une chose : se concentrer sur l’essentiel. Et pour moi, cela aura été un élément qui m’anime et me motive, que je retrouve chez les GirlzInWeb, les rencontres et le networking. Avant tout, la technologie, ce sont des femmes et des hommes qui la font !

Interviews de femmes du web

Vous allez me dire : « tout ça pour ça ? On est official blogger et on fait des interviews de nanas du Web ? Et le live-tweet et le live-blogging dans c’histoire ? »

En effet, ma production de contenu original et inédit aura sans doute été pauvre. Je suis certaine que nos amis blogueurs redoutablement efficaces comme Korben, Presse-Citron, FrenchWeb, Locita, AccessOWeb, … dont la liste non-exhaustive, car ce sont les « officiels » seulement, est ici http://www.leweb.net/2011/community/official-bloggers ont pu vous permettre de suivre les plénières, les workshops, les annonces exclusives, les lancements de produits, etc.

De mon côté, « armée » de mes « outils » de haute technologie, j’ai arpenté les stands, les buffets, le bloggers’ lounge et le start-up bus à la rencontre de personnalités sympathiques à vous présenter. J’ai testé le « live-interviewing », ou presque. Entrepreneuse, humanitaire, recruteuse, bloggeuse, coach ou communicante, chacune s’est prêtée au jeu de la mini-interview. Je vous invite à les découvrir ici, sous un format simple et non monté (vous m’en excuserez, mais « le temps n’est pas à vendre » comme nous le disait si justement -in English in the text- Karl Lagerfeld dans son intervention) avec des messages de sympathie adressés aux GirlzInWeb notamment, pour nos 2 ans :

Stéphanie TRAMICHECK (responsable d’Etsy France) :

Stéphanie VITALE-HAVRENG (directrice commercial et marketing de FrenchWeb) :

Soraya B. (community manager API chez Orange) :

Sarah AIZENMAN (directrice de la communication de la Fondation Casques-Rouges / application Missing.net) :

Karen LILLA (Global Communications Manager, IBM) :

Interview Karen LILLA (IBM) at #LeWeb par girlzinweb

Eve NICOLAS HERONDART (Altaïde) :

Paula MARTTILA (official blogger at LeWeb’11 and start-up advisor) :

Ludivine HUCHE (Fondatrice de Commerces&co. : mis en ligne le ce jour-même !) :

Projectpearlz.com (initiative née dans le Start-Up Bus) :

Impressions après une demi journée

Mon premier « LeWeb », en cette 1ère journée de l’édition 2011, aura donc été rempli d’enthousiasme, de dynamisme et de diversité : j’ai aimé. Et finalement, si c’était ça LeWeb ? parmi 3000 personnes et 60 nationalités qui y participent cette année comme on le sait, en interviewer 9, de 4 nationalités différentes, en moins de 5h, c’est plutôt enrichissant.

Alors j’avoue, je n’ai pas réussi à avoir une discussion avec Natalie Massenet, la fondatrice et directrice exécutive de Net-A-Porter, qui est intervenue ce matin avec Karl Lagerfeld…  Cette femme brillante, ultra prisée et busy,  a tout de même pris le temps de me saluer avant de repartir vers son activité passionnante. Leader de la vente d’articles de mode sur Internet, elle a su rapidement aller vers le mobile et nous prépare vraisemblablement de belles innovations pour début 2012.

Grâce à ce marathon (finalement c’était une bonne idée les ballerines !) je suis plus que ravie d’avoir croisé les chemins de Karen, Elya, Alice, Marie, Saskia, Soraya, Sarah, Stéphanie et Stéphanie (non je ne vois pas double), Sandrine, Paula, Ludivine, Céline, Ayelet, Alexandra, Anina, Baptiste, Gilles, Olivier, Eric, Manuel, Jérémy, Antoine, Christian, Jean-Michel, et les autres, hommes et femmes avec qui j’ai pu échanger et partager. De courts instants certes, mais toujours d’agréables moments autour des nouvelles technos – mais pas que.

Girlz In LeWeb & more…

GirlzInWeb est avant tout un réseau, qui dit réseau dit « networking » (forcément, c’est la traduction anglaise) C’est ainsi que j’ai appréhendé cette intense demi-journée à LeWeb, grâce à Géraldine et Loic LeMeur et toute leur équipe de folie. Et cela m’a permis de confirmer l’essence même des échanges réels, versus ceux que nous avons sans doute un peu trop au travers de nos écrans. Dans SoLoMo, il y a certes Social, mais il y a aussi Local et donc points de contacts réels et physiques. La boucle est bouclée : je vous retrouve bientôt, à l’un de nos apéros networking, soirée ou autres workshops et conférence que nous organisons toute l’année. D’ailleurs, « save the date » pour le 13 février 2012 : nous vous préparons un bel événement, sur le Mobile justement… infos à venir prochainement.

Merci pour ces rencontres internationales et j’espère pour ma part retenter le marathon, mieux équipée, l’année prochaine au LeWeb’12 ;-)

Et en attendant, suivez les autres GirlzInWeb ce jeudi et demain vendredi, pour la suite de nos aventures à #leweb (sur le fil twitter des @girlzinweb bien sur)

Evénements

LeWeb. Compte rendu de l’après midi du 7.12

La première journée à LeWeb fut riche en interventions et en rencontres. Voici une synthèse de l’après midi de cette première journée : impressions, rencontres, interventions et résumé

Arrivée vers 13H45 pour assurer la présence de Girlz In Web l’après midi, je me suis mise en mode « live tweeteuse »; les interventions de l’après midi étant pour la la plupart extrêmement attendues et intéressantes (Google, Foursquare, Deezer, Instagram, facebook etc.), j’ai donc opté pour ce que je fais de mieux dans un événement, le live tweeting. Vous pouvez retrouver l’ensemble des live tweets sur le compte twitter de Girlz In Web

Après une passation rapide avec Jessica (notre webreporteuse de la matinée) et un passage éclair au vestiaire, je suis très vite dans le bain avec, dans la salle plénière, l’intervention (très attendue) de Eric Schmidt (CEO de Google) dès 14h.

De live tweets en rencontres autour d’un café au bloggers lounge et accompagnée toute la journée par ma copine @Bao_, je réussis à interviewer rapidement @Cath_woman et @aninanet de @360fashion (mises en ligne demain), un des objectifs de notre présence étant d’agréger des feedbacks de femmes présentes à l’événement. Par souci d’agilité j’ai voulu tout filmer avec mon iPhone 4S (bonne idée a priori), sauf que, erreur de débutante : j’ai filmé en vertical ces deux premières interviews #shame #loose … Promis je ne recommencerai pas

Synthèses graphiques de la première journée de LeWeb

Dans les différentes salles on peut tomber sur un ou plusieurs illustrateurs qui dessinent les grands moments, les mots clés de la journée. Le dessin et la datavizualisation comme moyen de résumer un événement, intéressant. J’ai particulièrement aimé le travail de Jess3. Par exemple on a pu voir cet infographic

Deux interventions marquantes

A 14h, Eric Schmidt est intervenu sur la scène de la plénière. Son intervention a été marquante à plusieurs titres. Tout d’abord la mobile démo de ice cream sandwich, dont la fonctionnalité « face unlock » qui permet de sécuriser son smartphone. Ensuite, une vision que je partage sur le gap qui existe entre le monde « digital » et le monde « non digital » : le premier subirait moins la crise, que ce soit de manière réelle ou ressentie. Le perpétuel mouvement de créations d’entreprises, de nouveaux usages, d’applications, les nouveaux métiers qui émergent, ceux pour lesquels la demande est supérieure à l’offre… Autant d’éléments qui font penser que ce monde de la high tech serait peut-être moins malheureux (?)… ces deux mondes coexistent et Eric Schmidt voit une synergie bénéfique entre eux, on l’a notamment vu lors du printemps Arabe.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de son intervention ci dessous :

Seconde intervention marquante de l’après midi : Dennis Crowley, CEO de Foursquare. Il était déjà intervenu l’année précédente, et de ce que j’ai entendu dire, il avait été meilleur l’année dernière. Peu importe, j’ai été très séduite par le personnage, sa vision, sa simplicité et sa grande aisance à parler de son business. Foursquare est intéressant à pleins de niveaux, déjà parce que par rapport à la thématique de cette édition de LeWeb, SoLoMo, on peut sans conteste dire que Foursquare est à la fois du social, du mobile et du local. Plus loin que ça, c’est même de la gamification… C’est donc à la croisée de pleins d’usages en fort développement. Et évidemment les gens aiment les fonctionnalités plus que l’application elle-même, et Dennis Crowley l’a bien compris. De plus en plus d’applications utilisent l’API foursquare dès lors qu’elles veulent intégrer de la géoloc… Je vous laisse avec une vidéo (non officielle) de son intervention, car je pourrais m’étaler encore des lignes entières sur ce personnage :)

Bien entendu, d’autres interventions importantes ont rythmé cette première après midi de LeWeb. Toutes les relayer ou les retranscrire serait un travail titanesque. Mais vous pouvez retrouver le programme de l’après midi :

ici http://leweb.net/program#Pullmandec8
ici http://leweb.net/program#Eiffeldec8
et ici http://www.leweb.net/2011/agenda/workshops.

J’aurais aimé assister au Workshop Google, mais le temps m’a manqué.

Joanna Shields de facebook est intervenue sur la scène. J’ai râté une partie de son intervention (les horaires du programme ayant été quelque peu modifiés en cours de route apparemment). Ceci étant dit, au delà du fait que la personne est ultra intéressante et que, rareté, c’est une femme, je n’ai pas été vraiment touchée par ce qui a été présenté concernant facebook. Du moins le peu que j’ai entendu. Cela n’engage que moi, mais les développements récents et annoncés de facebook me laissent un peu de marbre. Quand Joanna Shields répond à la question de Loic Lemeur « comment c’est de travailler pour/avec Mark Zuckerberg, au sein de facebook ? » Évidemment elle répond une chose attendue et complètement banale « facebook est une société transparente et très ouverte… ». Oui évidemment, on aurait trouvé bizarre qu’elle dise « facebook est très fermée et opaque ». La question n’était peut être pas la bonne question à poser au départ car elle n’appelait qu’une réponse sans saveur et très lisse. Bref. Vous pouvez retrouver son intervention ici :

Annonces marquantes de la journée

Deezer, Evernote, Voyages-sncf.com, Flipboard ont fait des annonces lors de cette première journée que vous pouvez retrouver chez nos amis de frenchweb > http://frenchweb.fr/leweb11-les-annonces-de-la-journee-50603/

Synthèse du livetweet de la journée

twitter girlzinweb et avec le hashtag #LeWeb

Coté organisation Girlz in Web

C’est la course depuis avant hier soir, nous sommes plusieurs à nous relayer sur l’événement : Jessica, Marine, Claire, Lucile et moi même. Chacune vient avec une vraie envie d’aller à la rencontre de femmes du web, de parler de Girlz in web et de ses actus, de partager et d’échanger. Cet enthousiasme est palpable jusqu’aux Girlz qui, non présentes physiquement sur l’événement, sont des soutiens actifs en backup : aide au relai sur les réseaux, aide à la mise en forme des articles, aide pour les vidéos, mises en contact avec des femmes à rencontrer sur l’événement. Nous sommes une association et tout ceci est bénévole, nous n’avons pas les moyens d’un frenchweb ou d’un autre support plus important, ce qui fait que nous faisons avec les moyens du bord, nos iphones, nos caméras, nos compétences parfois limitées en montages ou en live blogging… Mais le coeur y est, les gens nous remarquent ici, nous apprécient, et cela fait vraiment plaisir !!!

Evénements

Suivez les Girlz in Web en direct de l’évènement LeWeb’11

LeWeb'11 tweets

Vous êtes sur place ou vous suivez LeWeb’11 à distance ? Nos Girlz in Web vous font partager leur expérience en direct.

Pendant les trois jours de l’évènement LeWeb’11, suivez les live tweets de @jessicagauzi, @cel_ina, @klaragora, @marineaubin et évidemment @girlzinweb et @leweb.

Crédits image : Entreprise Comment ça marche.

Evénements

Suivez le Web’11 en streaming

leweb11-streaming

LeWeb’11 est un évènement majeur dans notre secteur. Vous n’avez pas de place ? Girlz In Web vous invite à visionner les différentes chaînes de streaming proposées.

Live Plenary I

Live Plenary II

Live LeWeb Studio

Crédit image : http://leweb.net/

Evénements

LeWeb : 7ème édition (LeWeb11)

C’est un incontournable du merveilleux monde du web depuis 7 ans. Crée par Loïc & Géraldine Lemeur, LeWeb rassemble tous les ans en décembre des milliers de professionnels des secteurs des nouvelles technologies. Venus du monde entier, ils se retrouvent durant cette grand-messe pour échanger, assister à des ateliers, networker etc. durant 2 et maintenant 3 jours. Et pour cette 7ème édition de LeWeb, nous serons présentes en tant que Official Blogger.

Chaque année à Paris, LeWeb réunit à Paris près/plus de 3000 personnes : entrepreneurs, marques, geeks, bloggers, investisseurs et presse de 60 pays. Selon The Economist, dans une France qui serait allergique au changement et morose, « LeWeb est le lieu où les révolutionnaires se rassemblent pour tracer l’avenir ». C’est pour dire la responsabilité qu’on a sur les épaules ! :)

Edition 2011

Environ 3.200 participants de 60 pays différents et environ 130 speakers & jurys sont attendus pour cette 7ème édition. Parmi les speakers de renom on note Eric Schmidt (Google), Marissa Mayer (Google), Phil Libin (Evernote), Ryan Sarver (Twitter), Sean Parker (ex-Facebook) et tant d’autres…. A noter la présence de 15 femmes (seulement) parmi les speakers. Soit à peine 12% de la totalité. Cette sous représentation reste marquante. Sans toutefois y joindre un discours vindicatif, nous travaillons pour que ce ratio soit un jour plus fidèle à une réalité que nous observons au quotidien : des secteurs d’activité où les femmes représentent bien plus de 12% des professionnels / entrepreneurs actifs.

Comme chaque année, un programme riche et varié nous attend, mêlant conférences, workshops, concours, networking et soirées animées… Voici le programme

Loïc et Géraldine Lemeur nous présentent cette 7ème édition au travers d’une petite vidéo

Startup compétition

LeWeb a dans son ADN une culture entrepreneuriale forte (logique étant donné les secteurs d’innovation que représentent les nouvelles technologies / nouveaux medias etc.) et fait la part belle aux start up depuis toujours. Cette édition n’échappe pas à la tradition donc et accueille la finale de la Start Up competition. Près de 600 candidatures pour 32 demi finalistes (dont vous pouvez retrouver les vidéos ici) et in fine 16 finalistes, dont 6 français (cocorico) : Commerceandco.com, Geokiwi.com, Flagfriend.com, Heycrowd.com, Apila.fr et Staround.me.

SoLoMo

La thématique de cette édition sera SoLoMo « Social, Local, Mobile », thématique majeure ces temps-ci si on observe un peu les différents événements importants de ces derniers mois et de ceux à venir. A côté de la TV connectée, SoLoMo fait figure de sujet fédérateur pour tous les professionnels des secteurs d’activité dudit « Web » et montre (entre autres) tout l’enjeu de la convergence, au coeur même des (r)évolutions à venir dans les nouvelles technologies. Les événements comme LeWeb vont bien bien au delà du web, justement, et rassemblent, en fait, des professionnels représentant l’avenir de l’information, de la relation utilisateur, du divertissement, des services, du commerce, du marketing etc. liés par une vision commune : les nouvelles technologies comme outils d’amélioration de nos échanges et de nos vies quotidiennes (en gros). Très enthousiasmant !

LeWeb chez soi

L’édition 2011 sera celle du multiplex version digitale :)  Même si vous ne pouvez vous rendre à l’événement ou si vous ne pouvez vous y rendre que en partie vous avez à disposition cette année pléthore de moyens pour suivre à distance tout l’événement.

Tout d’abord trois chaînes Ustream : la chaîne « Main Stage » pour le direct de l’ensemble des interventions,  la chaîne « Studio TV » pour suivre les interviews et enfin la chaîne « Plenary 2 » pour la Startup Competition.

L’événement sera diffusé en vidéo-live sur Hubrocket au Café Tulipa à Bordeaux et au NSC Campus de Cork en Irlande.

L’événement sera également diffusé via une web radio (nouveauté) sur le site officiel ou sur Radionomy.com.

Pour coller au « Mo » de la thématique de cette édition, cette année on peut en plus suivre l’événement via son mobile : avec les applications mobiles iPhone / Android / Blackberry.

Vous pouvez également suivre les live tweet via le compte twitter @LeWeb et les hashtags #LeWeb & #LeWeb11, nous essaierons d’en assurer une partie également depuis le compte twitter @Girlzinweb

Intervention Girlz In Web

Cette année nous participons à l’événement en qualité d’invité Official Blogger. Nous allons retranscrire certaines parties de l’événement, live tweeter, et bloguer chaque jour un peu sur les choses qui nous aurons marquées. Nous allons également concentrer notre focus sur les femmes présentes à l’événement, pour recueillir leurs avis & opinions sur le traitement des sujets et les speakers.

Veille

E-réputation professionnelle, de quoi parlons-nous ? Comment la gérer ?

e-reputation

Les termes tels qu’identité numérique, e-réputation, personal branding ne sont ni tout à fait inconnus ni tout à fait limpides pour vous ? De quoi parlons-nous au juste ? Comment bien la gérer ? Ces nouveaux outils de communication peuvent avoir un réel impact sur votre vie professionnelle, votre carrière, votre business. Commençons par une définition avant de nous pencher sur la bonne stratégie à adopter.

E-reputation : définition

Lorsque nous parlons d’identité numérique, nous faisons référence à l’ensemble des traces qu’un individu ou qu’une entreprise laisse en ligne volontairement ou non. La e-réputation, quant à elle, signifie la perception, l’évaluation, l’opinion que nous nous faisons d’une marque, d’une entreprise ou d’un individu à partir de cette identité numérique. Ce qui est important à retenir ici, est que notre identité numérique peut exister sans pour autant que nous en soyons auteur. C’est pourquoi il est capital de garder la maîtrise de son identité numérique et tout particulièrement professionnelle afin de servir nos objectifs (business, carrière…) et avoir une e-réputation positive.

Le réflexe Google ou comment obtenir des informations sur quelqu’un

Aujourd’hui nous avons tous le « réflexe Google » lorsque nous cherchons une information, et ce réflexe s’applique également aux personnes. En effet, un recruteur effectuera des recherches avant de rencontrer un candidat, je chercherai à savoir qui est la personne que je m’apprête à rencontrer etc… Et dans un cadre professionnel, à l’ère du 2.0, nous devons tous être auteur et acteur de notre e-réputation. Comment savoir comment se porte votre e-réputation ? Tout simple : tapez votre nom et prénom dans un moteur de recherche. Si la première page de résultats référence des contenus professionnels valorisants (90% des gens s’arrêteront à la première page de résultat), dans ce cas le bilan est positif, sinon il faudra mener quelques actions pour améliorer les choses. Et c’est le concept du « personal branding », c’est-à-dire le fait de gérer son identité professionnelle en ligne comme les entreprises gèrent leurs marques.

Les grands fondamentaux d’une identité numérique crédible

Selon le blog, e-reputation.org, l’identité numérique repose sur 4 fondamentaux. Plus ces aspects seront manifestes, plus votre identité numérique sera cohérente, digne de confiance et donc meilleure sera votre e-réputation.
Le premier point est la cohérence. Il est capital de construire son identité numérique de façon cohérente sur l’ensemble des plateformes où vous êtes présents, et d’éviter à tout prix toute contradiction. Si on observe ce que font les entreprises lorsqu’elles communiquent sur une marque, elles utilisent certains repères comme le slogan, le logo, le message, qu’elles déclinent et adaptent ensuite selon leurs cibles. Mais elles gardent toujours une communication cohérente sur tous les supports. L’idée est d’appliquer la même méthode pour son identité numérique professionnelle : utiliser la même photo, le même intitulé de poste, les mêmes mots-clés, la même façon de vous présenter, mettre en avant les mêmes compétences clés. De cette façon le message que vous souhaitez faire passer sera clair et compréhensible pour tout le monde. A l’inverse, s’éparpiller risque de créer de la confusion.

Le deuxième aspect à travailler est la preuve. De nos jours, il ne suffit plus de s’autoproclamer expert dans un domaine, il faut pouvoir le prouver. En effet, apporter un témoignage qui appuie nos affirmations apportera de la crédibilité. Par exemple sur viadeo, vous pouvez vous faire recommander par un ancien patron, un ancien client, qui pourra attester de vos compétences. En plus de crédibilité, cela apporte également un point de différenciation par rapport à ceux qui n’en n’ont pas. Attention toutefois aux échanges de recommandations (tu me recommandes, je te recommande) car cela fait un peu arrangement entre amis et annulera l’effet bénéfique de la recommandation.

Le troisième point important est la connexion. Qu’entend-on par là ? En se connectant à son univers de référence on pourra encore une fois apporter de la crédibilité à son identité numérique et un gage de confiance supplémentaire. Par exemple, vous êtes expert en finance : vous pourrez adhérez et participer activement à des groupes de discussion sur ce secteur d’activité et les thématiques y référant. Vous êtes diplômé d’une grande école : vous pourrez rejoindre la communauté des anciens. Ceci apportera des preuves manifestes de votre attachement à un secteur, de vos compétences sur un sujet particulier.

Le quatrième et dernier point est l’historique. Rome ne s’est pas faite en un jour et une bonne identité numérique non plus. Construire son identité numérique est une action qui s’inscrit dans la durée. Le temps apportera de la crédibilité à votre e-réputation. Le web a une formidable mémoire, on y retrouve tout (et donc l’ensemble de vos actions passées et présentes). Gardez en tête que ce que vous y faites aujourd’hui (participer à un forum, animer un blog, poster des articles, etc…) pourra vous servir demain dans votre vie professionnelle.

Quelle est la bonne stratégie à adopter ?

Maintenant que nous savons sur quels aspects importants travailler, voyons comment mettre en place sa stratégie de personal branding ? La première des choses à faire et de prendre le temps de la réflexion et de définir ses objectifs, sa cible, comprendre les codes de chaque communauté et d’identifier les bons réseaux d’influence. Il faut se poser des questions simples telles que : qui suis-je ? Quels sont les mots clés qui me définissent le mieux ? Qui est ma cible ? Quel est le message fort que je souhaite faire passer ? C’est en fonction de tout ça que l’on choisira les bons médias sociaux, le bon message, le bon ton, les bons réseaux d’influence. Tout comme le font les marques lorsqu’elles lancent une campagne de communication ou de promotion.
Ensuite, il faut attribuer les ressources. Cela signifie être prêt à y passer du temps, à partager de l’information, répondre aux questions. Lorsque l’on n’a pas trop de temps à y consacrer, il vaut mieux privilégier la régularité à la quantité. Mieux vaut contribuer peu mais régulièrement, que massivement mais ponctuellement. Et n’oubliez pas, que cette démarche doit être pérenne dans le temps. Mieux vaut être très présent sur une ou quelques plateformes minutieusement sélectionnées, que trop disperser ses efforts et être un peu par ci, un peu par là. Le but est d’avoir une présence en ligne « consistante ».
D’autre part, un des principes de base du web 2.0 est qu’il faut savoir donner pour recevoir. Beaucoup font encore l’erreur de prendre sans donner en retour et s’étonnent que, au bout d’un moment, leurs résultats s’essoufflent. Pensez donc régulièrement à partager des informations, des conseils et bonnes pratiques, à rendre service à vos contacts etc…tant de bonnes pratiques qui seront appréciées et valorisantes pour vous. Plus vous vous engagerez, plus vous recevrez en retour. C’est le concept du retour sur engagement (ROE), à différencier du ROI qui mesure le retour sur investissement.

Que vous vous en réjouissiez ou que cela vous effraie, nous laissons tous des traces de notre existence en ligne, et celles-ci viennent constituer votre identité numérique. J’espère que cet article vous a éclairé sur la question et vous a donné quelques clés pour mieux maitriser tous ces éléments.

Ce thème est encore jeune et nous découvrons au fur et à mesure de nouveaux outils, les bonnes pratiques, les erreurs à ne pas commettre, mais aussi (malheureusement) les pratiques frauduleuses s’y rapportant…je pense notamment à un phénomène que l’on commence à observer sur la toile : le détournement d’identité numérique. C’est un phénomène qui touche principalement les personnalités médiatiques. On peut voir par exemple fleurir les comptes « fake » d’hommes politiques sur Twitter à l’approche des présidentielles. Peut-être l’un des nouveaux défis de l’identité numérique ?

Vidéo à la Une

Stephanie Troeth, UX Designer

Newsletter


Propulsé par MailChimp!

Liens

  • Cyber Elles
  • Elles bougent
  • Girl Power 3.0
  • Girls in Tech
  • Maviepro
  • Mompreneurs
  • The Next Women
  • Women 2.0
  • Womoz