OIseau twitter mosaïque

Ça ne pouvait plus durer, alors j’ai décidé de réagir. Ça devenait trop dur, dans ma vie perso, dans ma vie pro.. C’est sur ça n’est pas facile, surtout la première fois, on est plein de doutes, la peur de ne pas y arriver, de ne pas se faire entendre et surtout comprendre, de ne pas trouver les mots. Mais, tant pis, je prends le risque, et je me lance…Aujourd’hui, je m’inscris sur Twitter.

Ben oui, ça devenait ridicule à la fin.. Je parlais stratégie de social media aux clients, dans mes présentations, je créais des « share on Twitter » un peu partout, je brandissais mon analyse, chiffres à l’appui, des risques pour les opérateurs de voir les services de voix et de SMS cannibalisés par Twitter, entre autres réseaux de communication..
Pire, j’allais même expliquer à mes pauvres amis néophytes, qui m’ont désigné geekette de la bande, ce que c’était finalement que ce Twitter, et pourquoi oui c’était formidable. Avec ce petit ton de la connaisseuse au néophyte « Non mais Twitter tu vois, c’est plus du tout un truc d’ado quoi, je veux dire pour les gens qui bossent dans le web, pour la présence online des marques, c’est un truc de fou.. Mais c’est totalement pas comme Facebook en fait, la dynamique est hyper différente, la logique de réseau et de connexion aussi » (toujours placer les mots dynamique et logique de quand on explique un concept important).

Alors voila, aujourd’hui est née @beouchka. Ensuite, ça se complique..

Jour 1: bon, donc il faut écrire un truc. Le 1er tweet quoi, c’est pas rien.. j’dis quoi? Mais au fait, j’ai pas de follower (ouais ça je suis assez fière j’ai vite pigé le principe de follower/ following), alors à quoi ça sert ? Du coup, je dis quoi à qui ? Argh ça commence bien.. Aaah, la panne de la 1ère fois. Bon tant pis je me lance, avec une prez slidehsare du taff, ça fera «je suis trop social media comme consultante ». Bon donc si on ne me lit pas (encore), moi il faut que je lise des gens, ou des choses, enfin on se comprend. Alors hop, la page de ma boite, hop GIW, hop Célina…et puis euh… ah non pas lui, il est déjà lourd sur Facebook… ah oui si tiens, la Blogothèque. Bon on va déjà commencer par ça.

Jour 2: oula, mais ca poste tout le temps!! Et puis les gens ils disent des trucs, je comprends pas, mais du tout, et qui ont l’air évident. Frustration de mon cerveau puissant..

« Merci de DM ce profil…! » « Le hashtag pour la soirée sera… » « Please RT. »

Bon, DM et RT , a y est, j’ai pigé. Hashtag en revanche, on m’a expliqué le principe, pas toujours bien compris comment on l’utilise. C’est ça qui est beau avec Twitter, c’est simple comme une chanson de Justin Bieber, mais comprendre à quoi et comment tu t’en sers de manière utile, c’est autre chose (alors qu’une chanson de Justin Bieber me direz vous…)

Allez, aujourd’hui j’ai deux followers : copain/collègue du taff, et… copain du copain/collègue du taff.. mais bon rencontré à une soirée Pitch Start In Paris, donc c’est un peu #web2point0 #internetcommunity comme contact..

Pour fêter ça je vais tweeter de la blague! Je me concentre, je réfléchis, je me lance, j’écris ma centaine de caractères et riant toute seule de mon calembour, et hop, je clique sur Tweet…Rien.. Encore une fois.. Toujours rien. Pas de gazouillis de notification (en vrai j’y croyais…), mais en haut, là, qui me nargue… Un message d’erreur. Impossible de poster mon tweet de tout l’après midi. Ca ne devait pas être si drôle.

Le lendemain, je suis toute excitée, j’ai plein de nouvelles personnes à follower après l’ignite GIW. Du coup, encore un peu vexée de ma censure de la veille, je n’écris rien, mais je retweet à donf (tout est relatif quand on est novice), toute contente de comprendre quand je vois le petit RT s’afficher ! 3e follower… suspens.. merci les GIW / Marie Amélie 🙂 Cheerleadeuse tweeteuse donc forcément, je suis très fière…

Je m’explique rapidement sur le cheerleadeuse tweeteuse. En bonne consultante, je n’ai pas forcément tout compris au produit mais j’ai quand même déjà identifié LE ratio Twitter à mesurer. Je l’appellerai ratio de popularité Twitter, ou ratio pour savoir si tu peux te la péter comme tweetteuse, et donc assez logiquement «ratio de cheerleadership».

Donc, ratio de cheerleadership = Nombre de followers/ Nombre de following. Si c’est supérieur à 1, félicitations tu peux considérer ton mec comme un quarterback. Si c’est supérieur à 2, soit tu es Justin Bieber, soit tu ne follow que Justin Bieber mais tes deux parents sont aussi sur Twitter. Petite précision, en tant que CM, ce ratio ne peut évidemment compter personnellement (le mec de la CM de Justin doit donc rendre la veste de quarterback, merci).

Rapide aparté pour expliquer cette intrusion de campus américain et de Justin Bieber, sans lien à une passion refoulée, mais il me semble important de rester connectée dans ce témoignage aux sujets brûlants de l’actualité.

Revenons en à nos moutons (gazouilleurs) pour la fin de cette tranche de vie.. Quelques jours (bon ok 10…) après mon inscription, un événement de taille se produit. Sans que je m’y attende, puisque je n’étais allé pleurer ma solitude twittienne auprès d’aucune personne soupçonnée d’activisme Twitter ), je découvre, non sans émotion… un 4e follower! A première vue, inconnu! Mais qui est-ce??? Je ne vous tiens pas en haleine plus longtemps, « @french voc », soit un site pour apprendre le français.. Un exemple de tweet :  « French Vocabulary: To draw =dessiner »… légère, très légère déception… consolée en partie par la légère remontée de mon ratio de cheerleadership. On ne se refait pas… J’ai hésité à tweeter cette grande déception, mais je me suis dit que @frenchvoc se vexerait, et me quitterait…

Oui, je crois encore que TOUS les gens qui me followeront liront TOUS mes tweets.. #père noël