En prévision du Women’s Forum 2012 qui commencera mercredi 10 octobre nous avons eu le plaisir de rencontrer Elena Rossini, vidéaste et fondatrice du très beau No Country for Young Women. Nous en avons donc profité pour poser quelques questions sur son projet à cette italienne qui se décrit elle-même comme une « real life Lisa Simpson ».

Bonjour Elena, pouvez-vous nous expliquer le concept de No Country for Young Women ?

No Country for Young Women est une plateforme multimedia qui célèbre la vie professionnelle des femmes. Le but du site est d’être une source d’inspiration et un catalyseur de changement, qui présente des modèles pour les plus jeunes générations.

Depuis son lancement en octobre 2009, le site a rassemblé de nombreuses interviews – 110 aujourd’hui. Nos interviews couvrent des femmes âgées de 17 à 91 ans, venant des 5 continents et exerçant une myriade de professions : depuis les entrepreneures techno aux ingénieures de la NASA en passant par des illustratrices, architectes, cinéastes de renom ou encore des romancières récompensées.

Chaque portrait se base sur les 11 mêmes questions afin que le lecteur puisse comparer et contraster les expériences de femmes avec des formations différentes ; le lecteur peut aussi regarder les interviews par âge, profession et position géographique.

En plus des interviews, le site propose aussi une collection de citations inspirantes de femmes, des vidéos et la couverture d’évènements autour de l’empowerement des femmes.

Comment en êtes-vous venue à créer ce projet ?

Je voyage beaucoup pour mon travail (je suis cinéaste à plein temps) et en revenant à Paris après 3 semaines à New York à l’automne 2009, j’ai été frappée par le manque de diversité dans les médias français. J’ai pris un magazine français sur le business à l’aéroport et après en avoir feuilleté quelques pages, je n’ai pas trouvé un seul article, une seule photo à propos d’un entrepreneur féminin. Page après page, je continuais de voir des photos de vieux hommes blancs. La première photo de femme que j’ai vue était celle d’une jeune modèle dans une minuscule robe dans une pub pour voiture… à la page 70. D’un autre côté, des kiosques à journaux jusqu’aux écrans télé, on porte une attention incessante aux jeunes chanteuses, actrices ou stars de télé-réalité. Une attention quasiment exclusivement tournée sur leur apparence et qui reste quelque peu éphémère.

Dans ma vie personnelle et professionnelle, je suis entourée de femmes formidables qui font un travail incroyable. Je me suis alors demandé « Où trouve-t-on leurs histoires ? ». J’ai donc décidé de créer une plateforme pour célébrer ces histoires, ces vies professionnelles pour à peu près tous les domaines sauf le divertissement.

Quel type de profils, participations recherchez-vous ?

NCYW propose un très grand nombre d’interviews d’entrepreneures, écrivains et de femmes travaillant dans le cinéma ou la technologie. En termes de nouveaux domaines à mettre en valeur, j’aimerais donc vraiment interviewer des femmes de l’aviation (pilotes et ingénieures), des docteurs et des scientifiques. De plus, la plupart des portraits sont ceux de femmes d’Amérique du Nord et d’Europe. J’attends donc le Women’s Forum de cette année avec impatience notamment du fait de la participation de délégations Chinoises et Africaines. Je serais ravie d’interviews quelques-unes de leurs membres pour enrichir la diversité du site.

Je prévois aussi de faire des reportages photographiques et écrits sur les nombreuses conférences et présentations et de live tweeter l’évènement.

J’avais déjà participé au Women’s Forum en 2010 et j’ai trouvé l’expérience incroyablement inspirante et galvanisante. C’est incroyable d’être dans une pièce entourée de centaines de femmes qui partagent des valeurs similaires et qui luttent pour les mêmes objectifs.

Retrouvez aussi No Country for Young Women sur Twitter et Facebook