kanban

Consultantes Agiles, nous avons eu l’occasion de travailler en Scrum et Kanban au sein de pure players web, que ce soit en tant que Product Owner ou Business Analyst.
Nous avons vécu de l’intérieur les avantages et inconvénients de chacune de ces méthodes… Ce qui nous a amené à réfléchir à un nouveau modèle : Kanban avec un Scrum master, ou comment sécuriser une équipe kanban grâce à un Kanban master !

Scrum : un cadre bien posé

Pour démarrer, Scrum, c’est génial ! C’est comme un jeu !

  • Il y a les règles : stand up tous les jours, sprint planning, rétrospectives, démo … Tout est clair et bien huilé.
  • Il y a l’arbitre : le scrum master, ou comment protéger l’équipe et faire respecter les règles.
  • Il y a les rounds : un sprint toutes les deux semaines (ou plus selon les organisations) et l’occasion de progresser et d’apprendre à chaque sprint.
  • Mais cela peut parfois manquer de souplesse et l’équipe peut avoir l’impression d’être « micro – managée ». En effet, il semble être difficile pour certains de voir leur quotidien animé par un Scrum Master, de devoir chaque matin justifier de son emploi du temps de la veille et de celui du jour à venir (même si on ne le répètera jamais assez : c’est pour le bien de l’équipe ! Il s’agit là non pas de surveiller mais bien d’aider à identifier les besoins/difficultés pour mieux les adresser).

    Autre contrainte également, si on manque un sprint, on perd la durée du suivant pour livrer la valeur, ce qui est très frustrant pour une équipe Agile ! En effet, le rythme Scrum impose une fréquence de mise en production régulière et lorsqu’une story n’est pas finalisée avant la fin du sprint, même s’il ne reste que quelques heures de développement, elle se voit très souvent reportée sur le sprint suivant…sur des sprints de deux semaines, on doit donc attendre 2 semaines de plus avant de voir sa réalisation en production, une éternité à l’échelle de l’agilité !

    Kanban : la souplesse en plus, le cadre en moins

    Kanban, ce n’est pas si éloigné, il y a plus ou moins les mêmes règles, mais l’arbitre et les rounds en moins !

    En effet, Kanban c’est :

    • La liberté et l’autonomie des équipes dans l’organisation de leur processus de travail. Ces valeurs ont des impacts forts au sein des features teams, où la notion de rôle disparaît peu à peu et où les responsabilités deviennent communes à tous.
    • Le Continuous Delivery : programmation quotidienne des mises en production. Chaque story se doit d’être indépendante, ainsi elle peut être livrée en production dès la fin de ses développements : moins frustrant pour les équipes !

    Mais, après plusieurs mois d’application, on constate que Kanban aussi a ses inconvénients. Il est en effet difficile de :

    • Maintenir un dynamisme au sein des équipes pour continuer à délivrer de manière efficiente – le cycle time (le temps de mise en œuvre nécessaire à l’équipe pour livrer une story) de nos features était en hausse.
    • Protéger les équipes face aux urgences et aux changements de priorisation.
    • Trouver des moyens et solutions permettant d’améliorer la gestion de notre travail.

    A la question de savoir, qui est mieux placé que l’équipe elle-même pour dénouer un problème connu, il parait simple de répondre : L’EQUIPE !
    En tant que membre de l’équipe, nous étions au cœur des problématiques rencontrées ; nous en étions même parfois les auteurs – à nous donc de trouver des  solutions et axes d’optimisations pour améliorer notre processus de travail.
    Eh bien oui, mais les choses ne se passent pas forcément aussi bien…la difficulté à l’autocritique, la jeunesse des équipes, le manque d’expérience dans l’usage de Kanban étaient autant de freins à notre démarche.

    KANBAN avec un Scrum Master (ou Kanban Master !) : c’est la souplesse, avec la sécurité en plus

    Ainsi, nous sommes convaincues qu’une des possibilités pour vaincre cette difficulté aurait été d’intégrer un regard neuf et neutre à l’équipe et ainsi dénouer certaines situations.
    Dans le contexte dans lequel nous nous trouvions, l’intervention d’un Scrum Master ou bien d’un coach Agile aurait été l’occasion d’insuffler de nouvelles idées et de nouvelles façons de faire, donnant ainsi un nouvel élan à l’équipe.

    Tout en gardant à l’esprit cette notion d’équipe et d’autonomie, rien n’exclut qu’un Scrum Master/Coach puisse intervenir au sein d’une équipe pour mettre en perspective les problèmes rencontrées, poser les bonnes questions et orienter celle-ci vers des solutions appropriées.
    En effet, si l’on en revient à la définition même d’un Scrum Master qui est d’animer, de protéger et de faciliter le quotidien de l’équipe (et non pas de décider pour elle). Ce rôle répondait à 100% à notre besoin.

    Comme nous l’expliquent Henrik Kniberg et Mattias Skarin dans leur dernier ouvrage (Kanban et Scrumtirer le meilleur des deux), l’idée principale est de tirer le meilleur de Kanban et Scrum – donc rien ne nous interdit de faire usage des deux : une bonne idée à tester pour notre prochaine mission !

    Nathalie Hafez & Olivia Lonni

    Crédit photos : bouzin agile